Château de Bagatelle domaine à visiter à Abbeville

L'histoire du château de Bagatelle est intimement liée à celle de la famille van Robais.

En 1665, Colbert avait impulsé la création à Abbeville d'une manufacture royale de draps fins, façon de Hollande, qui a joué un rôle important dans l'histoire industrielle de la ville. Son directeur, Josse van Robais, s'était initialement installé rue de l'Hôtel de Ville et avait établi ses métiers dans plusieurs maisons, principalement dans les quartiers Saint-Sépulcre et Saint-Jacques, chacune d'elles disposant, suivant la place, d'un à dix métiers ; une grande maison sur le Port près du Pont-Neuf en contenait même une trentaine. En 1708, on dénombrait "cent métiers battants" et 3000 ouvriers.

Au commencement du XVIIIe, les van Robais entreprennent de réunir dans un seul établissement les éléments disséminés de la fabrique et font construire dans la chaussée d' Hocquet la "Manufacture des Rames", terminée en 1712. Les "rames" qui servent à faire sécher les draps donnent son appellation au bâtiment.

Les Van Robais sont aussi à l'initiative de la construction, rue Notre-Dame, d'un vaste hôtel connu sous le nom de Maison Neuve et, hors les murs, du château de Bagatelle. L'édification de celui-ci, due à Abraham Van Robais, a lieu entre 1752 et 1754. Le château de Bagatelle est ce qu'on appelle une "folie", c'est-à-dire une "maison dans les feuilles", faite de briques, de bois et de torchis, la pierre n'étant employée qu'en décors, car la bâtisse n'était pas appelée à durer. Cette petite demeure est réputée quelques années après son édification, comme le montre cette citation de Sedaine dans l'avant-propos de Bagatelle, poème anacréontique : "M. Van Robais vient de faire bâtir dans l'un des faubourgs d'Abbeville une maison de campagne à qui il a donné le nom de Bagatelle. Ce bijou (car c'en est un) joint l'agréable à l'utile et rien n'est plus capable de fixer le coeur et les yeux que son architecture et sa situation. Cette retraite ferait plaisir aux Dieux"

Jean-Baptiste Perronneau, Jean-Baptiste Pillement, François Boucher ou encore pfaff de pfaffenhoffen contribuèrent à la beauté de ce décor intérieur.

Vers 1763, il est décidé de transformer Bagatelle en y ajoutant un étage et un toit.

En 1764, Emilie van Robais épouse le baron de Kalb, tué au combat en 1780 des suites de blessures reçues lors de la bataille de Camden, alors qu'il soutenait l'indépendance américaine. C'est en souvenir de lui qu'un aigle américain est peint sur le plafond du salon d'été.

A la Révolution, les Van Robais quittent Abbeville. Le château est racheté par François-Gabriel de Wailly en 1810. La famille de Wailly le conserve près de deux siècles. A la fin du XIXe siècle, Paul de Wailly, élève de César Franck, fait construire un salon de musique fréquenté en particulier par Vincent d'Indy, Erik Satie, Camille Saint-Saëns.

Bagatelle est très endommagé lors de la Seconde Guerre mondiale. Son propriétaire d'alors, Jacques de Wailly, le restaure et André Malraux lui confère en 1963 l'un des tout premiers "Prix des chefs d'oeuvre en péril". En 1992, Henri de Wailly reçoit le grand prix de la Demeure Historique pour la restauration des façades .


Château de Bagatelle 1753

Un pavillon, construit pour une génération.

Léger, posé sur le sol, sans cave ni fondation, le petit bâtiment sous terrasse comporte une entrée, une salle à manger, un salon d'été, un salon d'hiver. Il est surmonté d'un toit à l'italienne décorée de putti. Construit , il ne comporte pas d’étage. Edifiée en trois ans, cette ravissante « folie » est faite de briques, de bois et de torchis, la pierre blanche n’étant employée qu’en décors: elle ne devait durer que vingt ou trente ans.


Dessin du château de bagatelle en 1753
Croquis de la façade du chateau de Bagatelle en 1763

Château de Bagatelle 1763

Bagatelle devient une maison

Vers 1763, André van Robais, frère d'Abraham, rachète la folie et décide d'y habiter. Il faut, pour cela agrandir Bagatelle, ajouter un étage et un toit. L'architecte Vivarais conçu pour accéder à l'attique un magnifique escalier à double révolution. La réalisation de la rampe d'escalier en fer forgé fût confiée à Pfaff de Pfaffenhoffen.

L'attique est éclairé par quatorze "oeil de boeuf" dont le bois des croisées forme un dessin inspiré de l'architecture chinoise.

Cet étage comporte deux petits appartements aux boiseries Louis XVI.


Château de Bagatelle 1786

Un toit à la Mansart est ajouté à l'édifice.


Image de la façade du chareau de bagatelle dans sa version de 1786
Dessin du chateau de bagatelle dans sa version finale

Château de Bagatelle 1898

L'architecte Parent construit alors deux ailes séparées du bâtiment ancien par des passages bas.
L'harmonie de l'ensemble est totale.

L'une de ces ailes devient un salon de musique.


133 Route de Paris - 80100 Abbeville

Château de Bagatelle ® - Tous droits réservés 2019

Création agence Netsitting